Fail

Val Jalbert: demande d'injonction contre l'hébergeur web d'une parodie

Le 26 mars 2013, un article dans le Quotidien (un journal régional de La Presse) annonce que: «le site Internet officiel de l'attraction touristique, le www.valjalbert.com, a été victime d'une attaque ciblée par des pirates informatiques.» Selon les responsables du site de Val Jalbert: «Lorsqu'un site est forcé, il se retire automatiquement de la circulation.»

De quel type d'attaque s'agit-il? On ne le sait pas. Rappelons qu'il y a 3 types d'attaques typiques contre un site web:

  • une attaque par saturation du service (denial of service, DoS) pour temporairement saturer les services de l'hébergeur,
  • exploiter un trou de sécurité dans l'application web ou dans le système d'exploitation du serveur hébergeant le site web, ce qui force l'auteur du site à restorer le site ailleurs, à partir d'une copie de sauvegarde,
  • attaquer le DNS/domaine pour faire pointer le nom de domaine vers un autre serveur.

Cependant, la Corporation du Parc régional de Val-Jalbert a annoncé son intention de demander une injonction au tribunal pour forcer l'hébergeur d'une parodie du site web de Val Jalbert, qui était hébergé chez Koumbit (le site a depuis été déménagé en Islande), de divulguer l'identité des auteurs de la parodie. Les auteurs de la parodie ont cependant dénoncé l'attaque du site web officiel. Bref, si vous faites une parodie, attention: votre cible pourrait avoir une panne de courant, puis vous accuser de tous les maux.

Programme canadien de prêts aux étudiants: ordinateur portable non-encrypté perdu

"[...] le ministère fédéral des Ressources humaines et du Développement des compétences (RHDC) est à présent à la recherche d'un disque dur externe sur lequel sont enregistrés les renseignements personnels de 583 000 Canadiens. [...] Le fichier comporte notamment des renseignements comme le nom, la date de naissance, le numéro d'assurance sociale et l'adresse d'étudiants de l'ensemble du pays, sauf du Québec, du Nunavut et des Territoires du Nord-Ouest, où les programmes de prêts d'études sont gérés par les gouvernements provinciaux.